Archives du mot-clé : bonheur

sept
01
2015

Pour une rentrée positive !

livre la psyco positive rebecca shankland

Dans nos métiers, nous sommes amenés à identifier avec nos clients les facteurs qui permettent aux collaborateurs d’une entreprise de se sentir au mieux dans leur travail. Comment développer le sentiment de bien-être au bureau ?

La psychologie positive apporte un éclairage précieux pour comprendre comment l’expérience du bonheur survient et sous quelles conditions individuelles, relationnelles et sociétales elle se maintient.

Pour mieux supporter les affres de la rentrée, nous vous proposons donc un résumé du livre de Rébecca Schankland qui fait référence en la matière.

Cliquez ici pour accéder à la synthèse

Bonne lecture !

Olivier Leroy pour Version Originale

 

jan
22
2014

Il était une fois… notre soirée de l’hiver

Fidèle à sa tradition de conjuguer moment de partage professionnel et de convivialité, l’équipe de Version Originale a placé sa soirée d’hiver sous le signe des contes. Un choix raisonné car la place des contes et des conteurs dans les sociétés traditionnelles est souvent comparée à la place du coaching dans nos sociétés modernes.

Sur quels ressorts repose le pouvoir des contes ? A quels champs de l’existence peut-il s’appliquer aujourd’hui? Comment mettre en oeuvre leur puissance?

Une situation complexe, un défi qui parait insurmontable à réaliser, des tâtonnements et des échecs, une intensité dramatique qui repose sur les émotions et enfin un déclic qui illumine l’horizon… Chacun dans notre vie, nous avons pu vivre ces instants fabuleux où tout devient possible.

Cette magie de la vie rencontrée au hasard de l’existence, les contes en offrent une grille de lecture pour en comprendre les fondements –la tolérance, la curiosité, la foi en l’avenir, l’humour, la parole donnée, l’intégrité, etc- pour que chacun puisse en développer la pratique et en acquérir la connaissance. Au travers des mythes et des contes, chacun peut s’approprier les clés de la magie de la vie et les tourner soigneusement pour trouver sa propre voie : concevoir l’impossible, relever tous les défis, construire sa vie en expansion.  Les messages universels que les conteurs offrent à entendre dans leur création sont également les principes fondamentaux d’un coaching. Au cours de cette soirée, chaque coach de l’équipe VO a choisi de lire un conte éclairant de façon symbolique et onirique la capacité de chacun à se construire dans le respect de l’autre.

Tout au long  de 2014, vous retrouverez sur notre blog un de ces contes que nous avons partagés avec vous.

 

jan
20
2014

Tous nos vœux de bonheur !

Cette période de vœux est naturellement propice pour s’interroger sur la notion de bonheur.

C’est pourquoi nous vous proposons de partager quelques notes de lecture, celles du best-seller de Tal Ben-Sahar, la référence sur le sujet. Pour cet éminent professeur à Harvard, le bonheur est la « sensation globale de plaisir chargé de sens ». C’est un processus constant qui se nourrit de cette relation synergétique entre plaisir et sens. Et pour être heureux, il ne suffit pas d’introduire du sens dans son vécu, il faut vivre ce sens. Dans cette perspective, rien de tels que les rituels qui font du bien !

En espérant que vous trouverez et du sens et du plaisir à cette lecture…
L’équipe VO

oct
30
2013

Bonheur, motivation et performance

Les buts de l’entreprise sont la rentabilité et le profit ; ils n’ont rien à voir avec la morale. Pour autant, l’intérêt bien compris du chef d’entreprise est de se soucier du bonheur de ses collaborateurs.

En effet la performance de l’entreprise passe par ses hommes et ses femmes. Et pour recruter et garder les meilleurs collaborateurs, il faut qu’ils prennent plaisir à travailler. Le bonheur des salariés est donc non un but mais un moyen pour l’entreprise d’être plus performante. C’est encore plus vrai avec la fameuse génération Y. Et le bonheur des collaborateurs dans l’entreprise passe par de la fluidité, de la coopération, de la cohérence individuelle et collective. C’est ce à quoi nous travaillons chaque jour avec nos clients.

Dans cette courte vidéo, Alain Comte-Sponville nous rappelle quelques principes tout simples que nous partageons chez V.O.
Bon visionnage !

sept
28
2012

Le bonheur, source de performance

Nous avons tendance à croire que le bonheur est la conséquence du succès. En réalité, la recherche montre que la relation est inverse : se sentir heureux est un facteur déterminant de performance ! Et si soigner son bien-être et celui de ses équipes était l’une des voies vers la sortie de crise ?

Lorsque la situation économique se tend, des notions comme l’épanouissement au travail tendent à passer au second plan. Et cela semble bien naturel : la priorité ne doit-elle pas aller à la performance ? Attention, alertent les neuroscientifiques. Cette approche repose sur une compréhension erronée de la relation entre bonheur et performance.

Les salariés heureux sont les plus productifs

De nombreuses études ont établi une forte corrélation entre le degré de bonheur des salariés et leur contribution économique à l’entreprise. C’est ce qu’a montré la compilation de nombreux travaux de recherche portant au total sur plus de 250 000 personnes, rapportée dans le livre « The Happiness Advantage », de Shawn Achor.

Il en ressort que les salariés qui se sentent heureux sont plus productifs, ont de meilleures performances commerciales, et sont meilleurs managers. Ils se sentent plus attachés à l’entreprise et démissionnent moins fréquemment. Ils sont moins souvent absents pour maladie et leur risque d’épuisement professionnel est moindre.

De plus, ce phénomène est contagieux : l’humeur des dirigeants et des managers a un impact direct sur leurs équipes. Ainsi, les salariés dont le manager se sent heureux ont plus de chances de sentir eux-mêmes heureux, d’être en bonne santé et de juger qu’ils travaillent dans un climat propice à la performance. Un écart de performance mesuré à environ 30 % !

C’est le bonheur qui crée la performance

N’est-il pas naturel de sentir plus heureux lorsqu’on réussit ? En réalité, le lien est inverse. Ce n’est pas la réussite qui rend heureux : c’est le bonheur qui conduit à être performant. Par exemple, une étude a mesuré le degré de bonheur ressenti par des salariés, puis suivi leur performance sur 18 mois : les salariés initialement les plus heureux ont obtenu de bien meilleurs résultats. Le même phénomène a été observé auprès d’étudiants suivis pendant 20 ans. Leur niveau de revenu 20 ans après la sortie de l’université était nettement corrélé au niveau de bonheur qu’ils exprimaient étant étudiants, quelle que soit leur situation objective.

Les avancées des neurosciences fournissent des éclairages plus précis sur ce phénomène. Les émotions positives se traduisent par la sécrétion de neurotransmetteurs – sérotonine et dopamine – qui stimulent la partie pensante de notre cerveau. Se sentir d’humeur positive améliore la capacité de concentration, de structuration et de mémorisation de l’information. Cela accroît aussi la durée et le nombre de connexions neuronales, favorisant la créativité, la rapidité de pensée et la capacité de résolution de problèmes. Ces phénomènes biologiques sont illustrés par de multiples études expérimentales. Par exemple, des étudiants à qui on demande de penser à la plus belle journée de leur vie ont ensuite de meilleurs résultats à un test de mathématiques.

Être heureux peut se travailler

« Soyez heureux, et vous réussirez ! » Le conseil peut paraître simpliste…, voire insultant lorsqu’on est en prise à de fortes difficultés personnelles ou professionnelles. Mais un second enseignement majeur émerge de ces recherches : il est possible d’agir pour renforcer son aptitude à se sentir heureux. Longtemps, les scientifiques ont pensé que chacun était doté d’une propension au bonheur plus ou moins déterminée. En réalité, il s’avère que, sous réserve d’efforts délibérés, il est possible d’accroître graduellement son niveau moyen de bonheur ressenti.

Ainsi, 577 volontaires ont été invités à identifier ce pour quoi ils étaient naturellement doués – humour, qualité de jugement, créativité, etc. – et à imaginer chaque jour une nouvelle façon de mettre à profit cette qualité. Dès la semaine suivante, leur ressenti de bonheur avait augmenté. Surtout, 6 mois après la fin de l’expérience, cet effet était encore perceptible !

Un levier de performance qu’il est tentant d’explorer…

(source : LesEchos.fr)

mai
21
2012

Best of des citations d’Alain sur le Bonheur

La conférence sur le bonheur de Thibaut de Saint Maurice m’a donné envie de lire l’essai d’Alain : « Propos sur le bonheur ». Je vous en fais partager ci-joints les meilleurs extraits.

Je ne doute pas que vous y trouverez… votre bonheur !

  •  Ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c’est encore d’être heureux.
  • Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté.
  • Les maux imaginaires sont aussi réels que les autres ; ils sont seulement imaginaires en ceci que nous les entretenons par nos propres mouvements, en même temps que nous en accusons les choses extérieures.
  • Notre corps ne peut être disposé de deux manières en même temps ; il faut qu’une main soit ouverte ou fermée. Si vous ouvrez la main, vous laissez échapper toutes les pensées irritantes que vous teniez dans votre poing fermé (…) C’est de la même manière que vous ne pouvez à la fois avaler et tousser, et c’est ainsi que j’explique la vertu des pastilles ! Un mouvement exclut l’autre : si vous tendez amicalement la main, cela exclut le coup de poing.
  • Il n’y a qu’une manière de résister au froid, c’est d’en être content. Et comme dirait Spinoza, maître de joie : « ce n’est point parce que je me réchauffe que je suis content mais c’est parce que je suis content que je me réchauffe. » Pareillement il faut toujours se dire : «  ce n’est point parce que j’ai réussi que je suis content mais c’est parce que j’étais content que j’ai réussi. »
  • L’espérance fait naître les raisons d’espérer.
  • Celui qui souffre d’insomnie jure de ne point dormir. Et s’il décrète que le moindre bruit le réveille, le voilà à guetter tous les bruits et à accuser toute la maison.
  • Le malade cherche les symptômes et trop aisément les trouve.
  • Ce colonel aurait bien voulu être général ; mais si je pouvais chercher dans sa vie, j’apercevrais quelque petite chose qu’il fallait faire et qu’il n’a point faite, qu’il n’a point voulu faire. Je lui prouverai qu’il ne voulait pas être général. Espérer, ce n’est pas vouloir.
  • Tout évènement a deux anses et il n’est pas sage de choisir pour le porter celle qui blesse la main.
  •  On cultive ses ennemis bien plus attentivement que ses amis. Cet homme vous veut du mal, croyez-vous ; il l’a sans doute oublié mais vous, vous ne l’oubliez point ; seulement, par votre visage, vous lui rappelez ses devoirs.
  • Dans la conversation ainsi que dans la danse, chacun est le miroir de l’autre.
  • La joie est contagieuse. Il suffit que ma présence procure à mon ami un peu de vraie joie pour que le spectacle de cette joie me fasse à mon tour éprouver de la joie ; ainsi la joie que chacun donne lui est rendue.
  • Un signe joyeux dispose à la joie celui qui le lance.

fév
29
2012

Un jour de plus pour être heureux…

A jour exceptionnel (le 29 Février c’est que tous les 4 ans !), thème et format exceptionnels : une conférence sur le bonheur ! Quoi de plus essentiel en effet que le bonheur ? Et pour nous en parler, nous avons convié un jeune et brillant philosophe, Thibaut de Saint Maurice, dont l’éclectisme a conquis l’auditoire. Il s’est fait accompagner pour l’occasion de Pascal, Epicure, Alain, Schopenhauer et Bergson… mais aussi des « Desperate Housewives » ! Sous son magistère nous avons virevolté entre grands penseurs classiques et références contemporaines. Un régal d’érudition accessible ! Une heure de bonheur qui rend plus intelligent donc plus heureux !

Et ce joli propos d’Alain pour nous éclairer sur le chemin du bonheur : « Ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c’est encore d’être heureux.  Le bonheur est beau à voir. »