Archives du mot-clé : management

sept
14
2016

MANAGER AVEC LES PHILOSOPHES

manager avec

C’est le titre de l’ouvrage de Flora Bernard que nous avons accueillie ce matin chez Version Originale pour nous parler de philosophie en entreprise. Association détonante de prime abord. Et pourtant…

Qu’est-ce que la philosophie peut apporter à la cité, à la « vraie vie » ? Cette question, les Anciens se la posaient déjà, à la suite de Socrate, le premier praticien philosophe. En quoi la philosophie peut-elle nous aider à mieux vivre en général et, aujourd’hui en particulier, au travail ?
On est bien d’accord que l’objectif de l’entreprise n’est pas d’épanouir ses collaborateurs. En même temps, pour tenir ses objectifs (de profit, de CA, de part de marché…), elle a besoin de talents. Or les pratiques philosophiques vont permettre d’exprimer et de développer ces talents.

Flora définit les pratiques philosophiques comme des ressources mobilisables en toutes circonstances qui m’aident à mieux être et mieux agir.

En quoi Socrate par exemple, le symbole même du philosophe, peut-il aider le manager dans son quotidien en entreprise ?
Socrate, c’est l’art du dialogue : qu’est-ce qui va résister à mon questionnement et mon argumentation ? Il questionne les illusions, les préjugés, les a priori… ces « évidences » qui déforment, voilent ou travestissent la vérité. Oublie les arguments d’autorité.

Pourquoi penses-tu ce que tu penses ?

Sa méthode : questionner, argumenter et définir, c’est-à-dire valider que l’on se comprend bien sur le sens des mots. Elle permet une réelle remise en cause des certitudes, ce qui naturellement peut être déstabilisant.
Le manager qui s’approprie cet art du dialogue va pouvoir :
– Distinguer l’essentiel du secondaire.
– Entrevoir de nouvelles options propices à l’innovation.
– Redonner du sens à son action.

Un autre philosophe majeur à la rescousse du manager : Epictète, le stoïcien.
Epictète pose que ce qui tourmente les hommes n’est pas la réalité mais l’idée que chacun s’en fait. Les événements sont neutres. Mais pas le jugement que l’on porte sur eux. L’homme est malheureux quand il ne sait pas distinguer ce qui dépend de lui de ce qui n’en dépend pas.
Sa méthode consiste donc à distinguer les deux, en 3 étapes :
– Prendre conscience de nos représentations. Quelle prise ai-je effectivement sur la situation ? Quel est mon champ d’actions ? A partir de là, quelles actions puis-je utilement mettre en œuvre ?
– Se fixer des objectifs modestes, pas trop ambitieux mais que j’atteins. Des petits pas tous les jours…
– S’entraîner !
Méthode qui permet au manager de décider avec plus de justesse et plus de force.

Enfin Flora a choisi de convoquer Hannah Arendt, la philosophe de la « banalité du mal » et des dilemmes éthiques.
En effet, pour Hannah Arendt, penser c’est s’interroger sur le pourquoi de ce que l’on fait et le comment on a envie de le faire, c’est-à-dire les valeurs qui supportent mes actes. Ce qui vaut bien entendu pour le manager.
Son analyse du « cas Eichmann » qui ne s’interroge jamais et se contente d’obéir quelle que soit l’horreur de l’ordre donné, fait ressortir 4 points de vigilance :
– Une ambition démesurée et par là aveuglante.
– Une capacité à s’auto-convaincre (sans écouter autrui).
– Un respect de l’ordre sans questionnement.
– Un langage administratif comme une « novlangue » qui camoufle, banalise et biaise la réalité.

Transposable en entreprise, non ?!
C’est le dialogue avec l’autre qui permet de lever la confusion intérieure et les dilemmes éthiques.
A méditer…

 

Olivier Leroy pour Version Originale

sept
01
2015

Pour une rentrée positive !

livre la psyco positive rebecca shankland

Dans nos métiers, nous sommes amenés à identifier avec nos clients les facteurs qui permettent aux collaborateurs d’une entreprise de se sentir au mieux dans leur travail. Comment développer le sentiment de bien-être au bureau ?

La psychologie positive apporte un éclairage précieux pour comprendre comment l’expérience du bonheur survient et sous quelles conditions individuelles, relationnelles et sociétales elle se maintient.

Pour mieux supporter les affres de la rentrée, nous vous proposons donc un résumé du livre de Rébecca Schankland qui fait référence en la matière.

Cliquez ici pour accéder à la synthèse

Bonne lecture !

Olivier Leroy pour Version Originale

 

mar
18
2015

Conférence « Ré-enchanter le monde » de Thomas d’Anssembourg

Re-enchanter le mondeD’où vient ce sentiment diffus d’exil, cette nostalgie d’une plénitude évanouie, comme si l’enchantement avait été et n’est plus ? Sans doute que les promesses de la Raison n’ont pas été tenues…

C’est par ces mots que Thomas d’Ansembourg débute sa conférence sur « Ré-enchanter le monde – Pour apprendre à mettre le meilleur de soi au service de tous ».

Si le sujet vous interpelle, vous trouverez en cliquant sur ce lien, une synthèse de cette conférence.

Où il est question de repenser notre façon d’être au monde, de développer notre intériorité, de polariser notre énergie sur ce qui va bien. Pour passer de l’ego à l’être.

 Autant de thèmes que nous trouvons, chez Version Originale, particulièrement inspirants.

Olivier Leroy pour l’équipe Version Originale

mar
04
2015

Management agile : retour aux sources ou nouveau paradigme ?

agileAvec le rythme de l’économie mondialisée qui ne ralentit jamais et la montée en puissance du digital et du tout numérique, la comparaison entre la vie dans l’entreprise et la jungle prend de plus en plus de relief. Pour saisir les bonnes lianes, devons-nous devenir agiles ou ne le sommes-nous pas déjà ?

La survie des organisations devient un véritable enjeu : une erreur d’appréciation sur un marché, un bouleversement géopolitique dans une région clé de votre chiffre d’affaires, un raid boursier ou une rupture d’innovation non anticipée peuvent bouleverser la trajectoire d’une entreprise et de l’ensemble de ses collaborateurs.

Pour naviguer dans ces conditions durablement complexes, les organisations hissent peu à peu une nouvelle voile pour prendre le large, celle du management agile dans des entreprises agiles.  Dans cette quête de l’agilité, chacun à son poste endosse les attributs du héros universel qu’est Tarzan. Cette figure emblématique qui survit dans un environnement dont il n’est pas natif parle à l’inconscient collectif : il survit, prospère et gagne ses combats en respectant les ressources disponibles tout en en tirant le meilleur.

Prisée de la doctrine en management, cette agilité est en fait ancrée en chacun de nous. Car si nous aimons tous Tarzan, c’est que nous nous identifions facilement à lui et à ses qualités : s’approvisionner dans  la nature et l’apprivoiser pour survivre fut la première mise en action de l’agilité. Pour être agile au 21è siècle, les hommes et femmes qui font vivre l’entreprise doivent revisiter les comportements primitifs (et non primaires) qui nous ont permis d’évoluer pour en faire un référentiel de performance.

Pour développer l’agilité, revenir aux sources et miser sur la richesse humaine reste probablement le chemin le plus rapide pour les entreprises au travers des programmes et référentiels managériaux nécessaires.

Dans « Le manager agile » parus aux éditions Dunod, Jérôme Barrand partage l’observation des sociétés humaines et met en lumière les cinq critères comportementaux fondamentaux qui nous permettent de prospérer dans la jungle :

  1. La confiance entre tous qui passe par la certitude de pouvoir se fier à chacun et permet de diminuer le niveau de pression ressentie à l’intérieur de la communauté. Celle-ci se focalise sur la performance collective : c’est la subsistance du groupe qui se gagne grâce à la confiance que chacun attribue à la capacité de l’autre à tenir son poste.
  2. Le partage de l’information qui est organisé pour être un levier de la performance collective et non pas une source de pouvoir individuel. L’intelligence collective se nourrit de ce partage et chacun est capable de reconnaître une information clé pour la diffuser immédiatement au bon destinataire. Ce référentiel d’action lié à l’information permet de diminuer les aléas et de sécuriser la chaîne de transmission.
  3. La responsabilité pleine et entière de ses actes dont chacun est porteur avec en tête les conséquences des changements de son périmètre d’action. Responsable d’une partie du système, il est pleinement conscient de son rôle dans la réussite de l’ensemble.
  4. L’hybridation qui se matérialise dans la mixité des profils, des origines, des parcours et des points de vue : elle est reconnue et cultivée comme une force.
  5. L’aptitude au changement qui offre à chacun de nous d’accepter et d’accueillir le changement pourvu qu’il le comprenne. Les plans de transformation ont remplacé le rythme des saisons

Parvenir à l’agilité nécessite une prise de conscience de la richesse de nos instincts de survie et de leur intérêt lorsqu’ils sont adaptés au monde de l’entreprise.

C’est là que réside le nouveau paradigme car en faisant vivre les cinq critères comportementaux sus-cités, l’entreprise et son management s’appuient sur le levier le plus naturel et le plus universel chez l’être humain : l’instinct de prospérité et de survie qui soutient le sens et l’essence de toute entreprise humaine.

Nicolas Tissier, pour Version Originale

déc
15
2014

Notre prise de décision est entachée de nombreux « biais cognitifs », le saviez-vous ?

Nous croyons prendre des décisions de manière factuelle, objective, et rationnelle, nous allons devoir nous remettre en questions après avoir vu cette excellente vidéo qui nous dévoile nos « biais cognitifs » et qui nous donne des solutions concrètes pour être performant dans la prise de décision …

Conférence filmée à L’ÉCHAPPÉE VOLÉE le 13 juin 2014.

le conférencier est Olivier Sibony, Directeur Associé Sénior de McKinsey & Company, diplômé d’H.E.C. et administrateur de la Fondation H.E.C

oct
31
2014

Le harcèlement moral au travail – Notes de lecture

 

harcelement au travailEn France le concept de harcèlement moral a émergé à la fin des années 90.

Toutefois le terme de « harassment » avait déjà été utilisé par le psychiatre américain Caroll Brodsky dès 1976 dans son livre « The Harassed Worker ».

Le phénomène n’est donc pas nouveau mais la diffusion de ce concept a changé le regard que portaient les salariés sur certaines situations vécues sur leur lieu de travail et son inscription dans la loi a peu à peu contraint les entreprises à questionner leurs méthodes de management.

Marie-France Hirigoyen est la référence française sur le sujet. Elle a publié plusieurs ouvrages dont un « Le Harcèlement moral au travail » aux éditions « Que sais-je ? ».

Que dit la loi ? Comment repérer un collaborateur en souffrance ? Quelles sont les obligations de l’employeur en cette matière ?

Nous vous proposons ici une synthèse à télécharger.

Bonne lecture.

Olivier Leroy, pour Version Originale

juil
03
2014

La Coupe du Monde en Version Originale : Allez les Bleus !

La Coupe du Monde en VO

Aujourd’hui, l’actualité est marquée par la Coupe du Monde de football.

Surfons sur l’enthousiasme, l’énergie positive et l’envie suscitée par le parcours de l’Equipe de France. Faisons l’espace d’un instant le parallèle entre l’entraîneur Didier Deschamps et la « Posture Coach » du manager.

En effet, l’Equipe de France n’est pas seulement constituée de joueurs de talent. Elle a aussi à sa tête un meneur d’hommes qui s’applique chaque jour à motiver, fédérer, révéler le talent personnel de chacun. Son rôle est d’amener chaque joueur à prendre conscience de ses qualités et de sa réelle capacité à réussir au sein d’un collectif.

La mission essentielle du « manager coach » est d’impulser de l’énergie positive, pour aider les hommes et les femmes de ses équipes à mieux vivre leur entreprise et à produire de la valeur jour après jour.

Qu’on soit sélectionneur de l’Equipe de France de football ou manager, une seule et même finalité : détecter et développer les talents pour réussir.

C’est à la fois l’équipe et le respect des individualités qui doit nous animer.

« Etre soi ensemble », une formule simple que nous même vivons au quotidien chez Version Originale ; qui nous stimule et nous donne envie de partager avec vous, nos clients.

Citation connexe :

« Le vrai talent c’est d’en trouver aux autres »

Robert Hossein

mar
05
2014

Le courage managérial, vaccin contre la souffrance au travail ?

Pierre Blanc-Sahnoun

Nous entendons beaucoup parler, dans le secret de notre cabinet, de perte de sens et de repères, de pression et de lutte, d’épuisement et de désarroi. Principes clairs, valeurs vraies et priorités cohérentes semblent absents de bien des contextes d’entreprise actuellement.

Ces situations, toujours subies par les collaborateurs, peuvent avoir un impact professionnel et personnel destructeur, et, à terme, des conséquences négatives sur la performance des équipes.

C’est pourquoi cet article de notre superviseur Pierre Blanc-Sahnoun dans le dernier numéro de Management nous parle. Au-delà des stratégies de survie, des « rustines » et des plans d’inaction, il invite à envisager le courage managérial, dans ses dimensions d’exemplarité, d’équité et de vision partagée, comme une clé du mieux-être en entreprise.

 

avr
21
2012

Tout savoir sur la génération Y, en 130 secondes

A l’occasion d’un projet autour du thème « Manager aujourd’hui », nous avons utilisé la vidéo ci-dessous. Elle est si  explicite et sympathique, que nous n’avons pu résister au plaisir de la partager.

Have fun!