Archives du mot-clé : synthèse

sept
13
2013

Etes-vous d’humeur optimiste en cette rentrée ?

Malgré le climat de crise et la révolution du digital qui modifie en profondeur notre société et le fonctionnement des entreprises, il existe une façon de sortir de la tentation de pessimisme et du c’était mieux avant, pour adopter le réalisme optimiste de et si cela ouvrait de nouvelles opportunités ?.

Martin Seligman est chercheur et professeur en psychologie, américain, auteur de nombreux articles et de quelques best-sellers. Président de l’American Psychological Association, son initiative la plus influente fut sans doute de lancer un nouveau champ : La psychologie positive. Seligman considère que les chercheurs doivent s’assurer que leurs recherches soient largement diffusées et qu’elles aient un impact dans le « vrai monde ». Version Originale partage cette conviction.

Dans son ouvrage le plus connu, La Force de l’Optimisme, il nous montre une voie en attirant simplement notre attention sur la façon dont nous interprétons les choses. Selon lui, il n’existe pas de fatalisme. Au contraire, il nous indique un moyen à la portée de tous, pour retrouver de l’envie, de l’énergie et finalement la capacité à agir et à retrouver du bonheur quelle que soit la situation … ou presque.

En lisant notre synthèse de son best-seller, vous découvrirez des moyens à la portée de chacun : L’optimisme, ça se pratique, ça s’entretient et c’est bon pour la santé !

Toute l’équipe VO vous souhaite une bonne lecture et bonne rentrée.

fév
26
2013

Soyons intelligents, écoutons nos émotions.

Etymologiquement, émotion signifie « mettre en mouvement ». Et pour l’essentiel, toutes les émotions sont des incitations à l’action : la peur m’incite à m’arrêter pour faire attention à un danger imminent.
Dans le dialogue que jouent à chaque instant nos deux cerveaux, le cerveau rationnel et le cerveau émotionnel, ce dernier a la capacité de subjuguer donc de court-circuiter et de paralyser le premier.
Il ne faut donc pas s’étonner si nous manquons de jugement lorsque nous sommes la proie de nos émotions… Le stress rend idiot !

La maîtrise de soi est tenue pour une vertu depuis Platon. C’est-à-dire la capacité de résister aux tempêtes intérieures déclenchées par les coups du sort au lieu d’être « l’esclave de ses passions ». Le but étant l’équilibre et non l’extinction des émotions. Comme l’observait Aristote, ce qui est désirable c’est une émotion appropriée, un sentiment proportionné aux circonstances. Dans l’arithmétique du cœur, c’est le rapport entre les émotions positives et les émotions négatives qui détermine le sentiment de bien-être.

Un individu agressif témoigne en général d’un défaut de perception : il pose comme postulat que les autres sont hostiles ou menaçants. Dès qu’il perçoit une menace, il passe à l’acte sans réfléchir. Or plus il se comporte ainsi, plus l’agressivité devient pour lui automatique. Son répertoire de réactions alternatives – la politesse, l’humour – s’appauvrit. Son intelligence émotionnelle se limite à son agressivité.

Si le sujet vous attire, nous vous invitons à parcourir la synthèse de l’ouvrage de référence en la matière : « L’Intelligence Emotionnelle », écrit par David Goleman.
Bonne lecture ! »

L’équipe V.O.